Contenu

Poursuite de l’érosion des débits et maintien des mesures de restriction

 

Le préfet a réuni mercredi 19 août le septième comité sécheresse de la saison.
La sécheresse se maintient sur l’ensemble du département, la baisse des débits se poursuit. Si la Grosne et la Seille atteignent des niveaux bas exceptionnels, le seuil de crise n’est pas encore franchi sur la Saône. La Loire bénéficie d’un soutien d’étiage renforcé apporté par le barrage de Villerest. Ce contexte spécifique aux débits de la Loire ne doit pas masquer la situation potentiellement critique de nombre de ses petits affluents qui subissent les conditions d’une sécheresse tout aussi exceptionnelle dans le val de Loire.

Les quelques épisodes orageux enregistrées au cours des derniers jours, ont été très localisés et trop limités pour permettre une amélioration sensible des niveaux des cours d’eau. De surcroît, le dernier épisode caniculaire, du 7 au 13 août, a aggravé l’érosion des débits.

Toutefois, les prévisions météorologiques annoncent un passage pluvio-orageux relativement généralisé entre les 21 et 22 août, qui peut laisser espérer une stabilisation de la situation.

L’arrêté préfectoral du 5 août 2020 actuellement en vigueur est donc maintenu.
Pour rappel, il place le secteur « Loire » en alerte, le secteur « Saône, Doubs et côtes viticoles » en alerte renforcée, les secteurs « Grosne », « Arroux-Morvan », « Arconce et Sornin », « Bourbince » , « Dheune » et « Seille et Guyotte » en crise.

En alerte et en alerte renforcée, les usages de l’eau sont contraints : remplissage des piscines privées interdit, lavage des voitures hors des stations professionnelles équipées d’un système de recyclage des eaux interdit, arrosage des espaces verts et des massifs fleuris limité voire interdit, irrigation agricole soumise à restrictions d’horaires, prélèvements pour les activités industrielles réduits...

En situation de crise, les seuls usages domestiques autorisés sont ceux prioritaires répondant à la santé, la salubrité publique, la sécurité civile et l’alimentation en eau potable de la population. L’irrigation agricole est quant à elle interdite, sauf dérogation permettant sous condition l’arrosage des cultures les plus sensibles au stress hydrique.

Le préfet rappelle que l’économie d’eau doit être un souci quotidien pour l’ensemble des usagers du département. Chacun doit mettre en œuvre tout au long de l’année des mesures d’économie, par exemple limiter les arrosages des pelouses, le lavage des véhicules, privilégier les douches aux bains, remplir sa piscine avant l’été ou renoncer à la remplir, réparer les fuites d’eau même minimes… Les activités économiques doivent quant à elle s’adapter afin de réduire leurs prélèvements, pour anticiper l’intensification des sécheresses que le changement climatique génère.

Consultez l’arrêté de restriction temporaire de certains usages de l’eau (format pdf - 981.3 ko - 20/08/2020)

Consultez la carte des niveaux de mesures de restriction par zone hydrographique (format pdf - 282 ko - 20/08/2020)