Novembre

Contenu

Produits autorisés à la vente dans les grandes surfaces

 

Pour ralentir plus efficacement l’épidémie de la COVID-19, le Gouvernement a mis en place un second confinement adapté, seul moyen de freiner fortement les effets de la seconde vague qui touche toute l’Europe. Comme au printemps, seuls les commerces de première nécessité demeurent ouverts pendant cette période de confinement.

Afin d’assurer une équité de traitement entre les petits commerces et les grandes surfaces, seuls les rayons proposant des produits de première nécessité pourront demeurer ouverts dans les supermarchés et les hypermarchés ainsi que dans les grandes surfaces spécialisées. Cette disposition est appliquée par un décret publié le 3 novembre. Les distributeurs disposeront d’une tolérance jusqu’au mercredi 4 novembre inclus pour les mettre en œuvre.

Ainsi, les grandes surfaces (centres commerciaux, supermarchés, magasins multi-commerces, hypermarchés ou autres magasins de vente de plus de 400 m²) ne peuvent vendre que des produits correspondant à une activité autorisée dans les autres magasins de vente (voir liste au I. de l’article 37 du décret n° 2020-1310 du 29 octobre 2020 modifié), ainsi que les produits de toilette, d’hygiène, d’entretien et de produits de puériculture.
Ces deux derniers jours, un contact a été établi entre la préfecture de Saône-et-Loire et les centres commerciaux afin de communiquer sur les nouvelles règles établies.

Les règles sont les suivantes :
Certains produits pourront uniquement être proposés à la vente en ligne ou en drive :
• les rayons jouets et décoration ;
• les rayons d’ameublement ;
• la bijouterie/joaillerie ;
• les produits culturels (livres, CD et DVD, jeux vidéo) ;
• les articles d’habillement et les articles de sport ;
• les fleurs ;
• le gros électroménager ;
• les articles de beauté notamment le maquillage.

À l’inverse, les produits des rayons suivants continueront à être proposés à la vente dans les supermarchés et les hypermarchés :
• les denrées alimentaires et les boissons ;
• les produits de quincaillerie (dont les articles de cuisine, le petit électroménager, les piles et les ampoules) et de bricolage ;
• la droguerie (produits de lavage et d’entretien et articles pour le nettoyage) ;
• les dispositifs médicaux grands publics et les masques ;
• les articles de puériculture y compris les habits pour les nouveau-nés et les nourrissons ;
• la mercerie ;
• la papeterie et la presse ;
• les produits informatiques et de télécommunication ;
• les produits pour les animaux de compagnie ;
• les produits d’hygiène et de toilette (articles d’hygiène corporelle, déodorants, rasages, produits pour les cheveux, etc.) ;
• les graines et engrais et les produits d’entretien des véhicules…

Par ailleurs, pour garantir le strict respect des gestes barrières au sein des établissements, une jauge d’une personne pour 4 m² devra être respectée dans tous les commerces. Cette mesure, qui était jusque-là une recommandation et s’appliquait aux plus grands centres commerciaux, est désormais obligatoire pour l’ensemble des commerces : le nombre de personnes autorisées au sein d’un commerce devra être indiqué à l’extérieur de celui-ci et vérifié par un filtrage adapté. Si les circonstances locales le nécessitent, cette jauge pourra être abaissée par les préfets de départements.
Des contrôles seront organisés dès ce jour par les services de l’État afin de vérifier la bonne mise en œuvre des nouvelles directives, au sein des centres commerciaux.

Julien Charles, Préfet de Saône-et-Loire, rappelle aussi que les services de l’État sont engagés dans une démarche de soutien aux entreprises en cette difficile période de crise sanitaire.