Contenu

Oeufs contaminés au fipronil

 

Le 20 juillet, les autorités belges ont informé la Commission européenne via le réseau d’alerte européen (RASFF) que des taux élevés de fipronil avaient été mis en évidence dans des œufs et des viandes de volailles (conventionnels et bio).

 

Les enquêtes menées en Belgique ont démontré la présence de cette substance interdite dans des produits antiparasitaires qui ont été falsifiés. Ces produits ont été commercialisés en Belgique et au Pays-Bas sous la dénomination DEGA16 et COOPER BOOST, ils sont utilisés pour le traitement contre le poux rouge, parasite des volailles. Ces produits ne sont pas autorisés en France.

Les enquêtes conduites par les autorités belges et néerlandaises ont montré que des lots d’œufs provenant des élevages contaminés avaient été commercialisés sur le marché français essentiellement à destination d’établissements pour la fabrication d’ovoproduits ou chez des grossistes. Dans ces établissements les lots contaminés ont été bloqués pour les analyser.

Dès la première alerte officielle concernant la France émise le 5 août par les Pays-Bas, des enquêtes ont été conduites en Saône-et-Loire, comme dans tous les départements français, auprès des élevage et des centres de conditionnement.

Cette enquête du 9 août auprès de tous les producteurs d’oeufs de consommation a confirmé, qu’aucun élevage du département n’utilisait, à ce jour, les produits de traitement incriminés. Il convient d’indiquer que l’essentiel des producteurs du département détiennent moins de 250 poules et que la commercialisation se fait en vente directe à la ferme et sur les marchés locaux.

Par ailleurs, les services de la Direction de la protection des populations ont également vérifié dans l’établissement fabriquant des ovoproduits sur le département et dans les centres de conditionnement qu’ils utilisaient exclusivement pour leurs productions des œufs d’origine France provenant pour l’essentiel d’élevages du département ou des régions voisines.

Dans le même temps, la France a aussi saisi l’Anses pour obtenir un avis sur les risques pour la santé humaine liés à l’ingestion d’œufs ou de produits contaminés par le fipronil. L’Anses a rendu cet avis le 10 août duquel il ressort que le risque pour la santé humaine est très faible au vu des niveaux de fipronil constatés dans les œufs contaminés et au vu des habitudes françaises de consommation alimentaire. Cet avis est consultable sur le site de l’Anses.

Les enquêtes de traçabilité se poursuivent au niveau des élevages de Belgique et des Pays-Bas pour retirer des circuits commerciaux tous les produits qui auraient pu être contaminés par l’utilisation frauduleuse de cet insecticide.

Fipronil dans les oeufs : l’Anses confirme l’absence de risque pour la santé humaine (format pdf - 122.5 ko - 18/08/2017)

Fipronil dans les oeufs : la liste des premiers produits retirés de la vente en France (format pdf - 52.7 ko - 18/08/2017)