Contenu

Lutte contre les vols à main armée dans les commerces

 

JPEG > Consulter le dépliant "prévenir les vols à main armée dans vos commerces" (format pdf - 891.5 ko - 04/01/2013)

Tous les ans, à l’approche des fêtes de fin d’année, le ministère de l’Intérieur active le plan « anti hold-up ».

Cette opération menée sur l’ensemble du territoire en partenariat avec les commerçants et autres professions particulièrement exposées, vise à prévenir la commission des vols à main armée et à lutter contre les exactions commises en réunion en centre-ville, ainsi que dans les zones et centres commerciaux.

Au coeur du dispositif, la surveillance et la sécurisation par les forces de police et de gendarmerie, des bijouteries, débits de tabac, parfumeries, stations-services, galeries marchandes et tous commerces de proximité, ainsi que des établissements bancaires et des transports de fonds.

Le plan anti-hold-up se décline en trois volets :

illustration L’information et la sensibilisation : distribution de plaquettes, réunions, prises de contact directes avec les commerçants pour les conseiller et leur rappeler les précautions à prendre (éviter l’accumulation et la conservation de trop grandes valeurs fiduciaires, varier les jours et les heures des transferts de fonds, sensibilisation aux comportements équivoques de certains clients etc.)

illustration La prévention et la dissuasion : durant cette période, les effectifs locaux assurent des rondes et patrouilles sur les sites et dans les créneaux horaires les plus appropriés. Ces effectifs sont renforcés par des compagnies républicaines de sécurité et des escadrons de gendarmerie mobile, sensibilisés à la particularité de cette mission.

illustration Le traitement judiciaire : l’identification et l’interpellation des auteurs de vols à main armée sont également des objectifs prioritaires de ce dispositif. Les services de police et unités de gendarmerie, et notamment les cellules anticambriolages, sont donc sensibilisés à la recherche active et au partage du renseignement judiciaire.
Il est par ailleurs demandé la mise en place, dans les commissariats et gendarmeries d’un accueil, spécifique et personnalisé, réservé aux victimes et témoins de ce type de violences, particulièrement traumatisantes. Depuis le début de l’année, le nombre de vols à main armée n’a cessé de diminuer en France (-9,3% entre janvier et septembre 2012 par rapport à la même période de 2011)