Janvier

Contenu

Le texte des voeux du préfet de Saône-et-Loire

 

« Pour dormir, un shoot de BFM-TV »

Je tire cette citation d’un récit paru en librairie la semaine dernière, et dont le Président du Conseil départemental connaît bien l’auteur.

Pour dormir, un shoot de BFM-TV. Parce que le rabâchage est soporifique… Soucieux de ne pas vous ennuyer, je ne vous parlerai pas de dossiers si lourds qu’ils pourraient assommer n’importe quel intrus dans un bâtiment public. Je vous livrerai en revanche, quelques réflexions, quelques souvenirs personnels, quelques vœux néanmoins pour la Saône-et-Loire.

2018 n’aura pas été facile, c’est vrai. Mais est-ce que 1918 l’était ? Les commémorations remettent en perspective ! Les shoots de BFM-TV n’auront jamais la force du magazine hebdomadaire l’illustration 1914-1919 (12 volumes in-folio) où j’ai appris à lire.

1718 était-il facile ? Une année de banqueroute…

1618 ? le début de l’abominable guerre de Trente Ans, celle dont le graveur lorrain Jacques Callot décrit les misères et les ravages. Finalement, je préfère de loin 2018…

En 2018, les chiffres économiques ont fait plutôt bonne figure. L’INSEE démontre que l’écart de richesse s’est réduit depuis 3 ans. En 2018, pour ne prendre que l’exemple du bassin minier, Michelin, son 1er employeur, a beaucoup recruté ; et des entreprises emblématiques en difficultés « sortent de l’auberge ».

Je conserve, dans le désordre, quelques souvenirs tenaces, quelques images fortes de cette année passée :

Jeudi 11 janvier, la visite d’Elisabeth Borne, ministre des transports chez Fiat Power technologies, à Bourbon-Lancy, afin de parler gaz naturel pour les véhicules, comme moyen de la transition énergétique. Empruntant la RCEA, elle préparait les décisions financières de septembre 2018 au profit de l’achèvement de ce grand chantier d’infrastructures. Une visite qui valait son pesant d’or !

Le 1er juin 2018, le Premier Ministre, accompagné de la Ministre de la cohésion des territoires, venait aux Assises des petites villes de France, devant 300 élus, confirmer le maintien des dotations, à l’issue d’une rencontre républicaine en sous-préfecture d’Autun.

Au printemps et à l’été, j’ai pu assister à la transformation d’une friche minière en plate-forme de maintenance et de formation ferroviaire – transport – logistique, avec Mécateam Cluster, encore à Montceau.

Le 30 juin, à la Chapelle-Thècle, en Bresse Louhannaise, la famille Bièvre inaugurait un méthaniseur agricole : leur GAEC des 3 communes élève des vaches laitières. C’est une commune où , je le sais, les projets sont nombreux.

Je pense aussi à cette année 2018 rythmée par la signature de 5 conventions Cœur de ville où l’Etat mettre la main à la poche pour revitaliser Autun, Chalon, Le Creusot, Mâcon et Montceau. Carton plein pour nos villes moyennes. Ce qui est bon pour le centre est bon pour la périphérie.

Ma découverte émerveillée du très beau mémorial de Mâcon, Mémorial citoyen, au château du Grand Four à Flacé, un lieu de mémoire impressionnant qui rappelle les sacrifices consentis.

Et ces dîners de roi (parce qui nous sommes en Bourgogne !) pour la Saint Vincent tournante à Prissé, un cru réussi qui présageait d’une belle récolte, ou à Jalogny, pour l’accueil de toutes les chambres d’agricultures de France et de Navarre…

On sait vivre en Bourgogne, mais on ne reste pas les deux pieds dans le même sabot. Mardi 1er janvier est née la 1ère commune nouvelle du Haut Clunisois, qui réunit Clermain, Brandon et Montagny-sur-Grosne, par arrêté préfectoral. Je veux ici rendre hommage à tous les membres des trois conseils municipaux qui nous donnent un bel exemple pour préparer l’avenir, une vision, une méthode, et du courage.
Vive Navour-sur-Grosne.

Je fais devant vous un rêve, ou plutôt je formule des vœux. Vœu que des millions de Français, des centaines de milliers de Saône-et-Loiriens, citoyens, partagent un même esprit public ; une même préoccupation de la responsabilité civique, un même souci d’expression démocratique, pacifique, sans fureur ni préjudice pour nos concitoyens et la société, toujours enclins au débat démocratique, avec les mêmes devoirs par rapport à la collectivité, toujours prêts à défendre même les boucs-émissaires, ceux que la haine veut toujours prendre à parti, aimant l’Etat, dont chacun d’entre nous est responsable, au fond, montant la garde ensemble au rempart de la République, ne comptant pas seulement sur les autres pour protéger et faire valoir l’Etat de droit, oubliant les corporations, et midi à sa porte.

Le vœu que nous soyons tous des militants de la République, et non de simples spectateurs. Et la République, la Nation, l’Etat de droit, la démocratie, ne s’en porteront que mieux.

Le vœu que policiers et gendarmes, trop souvent en première ligne, puissent garder, malgré la lassitude, l’extraordinaire sang-froid et l’admirable patience et le singulier discernement dont ils ont su toujours faire la preuve ces deux derniers mois, avec la sagesse, de séparer le bon grain de l’ivraie, et la fermeté de caractère pour interpeller le moment venu, afin de présenter à la justice les délinquants, l’impunité n’étant jamais souhaitable.

Le vœu que nos experts des finances publiques sachent garder le souci des deniers publics, en pensant aux générations futures et à la compétition internationale, avec le sens pratique néanmoins.

Le vœu que les experts du changement climatique, vérifié cette année encore en Saône-et-Loire aux dépens de notre élevage, sachent trouver des mots simples et forts pour illustrer, et convaincre nos concitoyens de l’aborder ensemble, ce changement majeur, chacun à proportion de ses possibilités et de ses responsabilités.

Le vœu que nos enseignants, dont le rôle crucial n’échappe à personne, feront davantage reculer l’ignorance, y compris en histoire, en éducation civique, en économie, en sciences, parce que c’est de l’ignorance que naissent la haine, la xénophobie, les rumeurs calomnieuses, les « infox » plus grosses les unes que les autres, que la cupidité des acteurs numériques fait prospérer sans vergogne ni martingale.

C’est de l’ignorance que naissent dans l’air du temps la haine, les rumeurs, les injures publiques, si souvent et si scandaleusement peu réprimées hélas, et dont les maires sont souvent les premières victimes. Bref, que nos enseignants, à l’instar des « hussards noirs » de la République à l’aube de la Grande Guerre, inspirent aux enfants, aux adolescents, à nos jeunes, ces valeurs civiques et publiques dont nous avons tant besoin.

Le vœu que vous tous, nous tous, élus du peuple au 1er rang, fonctionnaires publics, militaires, chefs d’entreprise du monde économique, associations, syndicats, media, nous jouions tous pleinement notre rôle dans la chaîne partagée des responsabilités, le mieux possible, dans l’intérêt général, sans tourner casaque ou chasuble, au premier et au moindre coup de vent ; mais en tournant le dos délibérément aux relents affreux des années 1930 et 1940, dont nous ne savons que trop bien comment elles se sont achevées. Bref, l’œil ouvert, vigilant, critique et toujours bienveillant et respectueux des autres, conscient du monde dans lequel la France est présente.

Meilleurs vœux chaleureux à toutes et à tous, ainsi qu’à tous ceux qui vous sont chers, ou dont vous êtes comptables et responsables, pour tous les habitants de Saône-et-Loire, vœux de pleine santé, d’équilibre serein, d’amitié et d’entreprises heureuses, d’inspiration durablement démocratique, au sein des paysages harmonieux et préservés de Saône-et-Loire. Vive la Saône-et-Loire, Vive la République, Vive la France, sous la simple égide de la liberté, de l’égalité et de la fraternité, et sous les couleurs de l’arc-en-ciel que j’ai admiré à Mâcon, dans les minutes qui ont précédé la victoire des « Bleus » en coupe du Monde.