Contenu

La santé des forêts

 

L’état sanitaire des forêts est placé sous étroite surveillance, confiée au Département de la Santé des Forêts (DSF) du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Ce département assure :

  • la détection et le diagnostic des problèmes phytosanitaires,
  • le suivi de l’évolution de la santé des forêts à l’échelle de la métropole,
  • le suivi intensif visant à détecter et comprendre les évolutions à long terme (réactions au changement climatique ...).

Le DSF s’appuie sur un réseaux de Correspondants Observateurs qui surveillent la forêt au niveau local.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à consulter :

ACTUALITÉS 2019 :

Arrêté de lutte obligatoire destiné à faciliter la lutte contre l’épidémie de scolytes de l’épicéa 2018-2019

À la faveur d’un été et d’un automne 2018 remarquablement secs et chauds, une épidémie de scolytes (Ips typographus ou typographes) affecte la quasi-totalité des pessières (peuplements d’épicéas) de la moitié nord de la France, et en particulier celles de notre région Bourgogne Franche Comté (jusqu’à une altitude de 900-1000m).

Les facteurs impliqués dans le déclenchement de cette épidémie sont liés :

Aux épisodes de sécheresses et de chaleurs qui ont sévi depuis 2015, et notamment celui de 2018 qui a perduré jusqu’à la fin octobre. D’une part, ceux-ci ont induit un fort stress hydrique, facteur d’affaiblissement des pessières, les rendant ainsi plus vulnérables aux attaques de scolytes. D’autre part, ces températures élevées ont permis une accélération du cycle de développement des scolytes, engendrant certainement 3 générations sur une majeure partie de la région, et par conséquent une augmentation forte des populations de ces ravageurs.

Aux chablis (lors de la tempête Eleanor du 3 janvier 2018 notamment et plus locaux lors des forts orages du printemps et de l’été 2018).

Aux populations de certaines espèces de scolytes (typographe) qui étaient en augmentation depuis 4 ans et notamment en 2017.

À des pessières présentent en dehors de l’optimum écologique de l’essence (tous les secteurs de plaine, le 1er plateau jurassien, les Vosges saônoises, les contreforts du Morvan…) et souvent mono-spécifiques sur de grandes surfaces.

Ces mortalités s’ajoutent à celles observées notamment en région Grand-Est et au-delà en Suisse, Allemagne, Belgique et la plupart des pays d’Europe centrale et du nord, concernés par cette épidémie.

Au vu des conditions climatiques particulièrement chaudes et sèches de l’été 2019, les scolytes poursuivent activement leur développement. En juillet, les attaques du printemps commencent à être visibles (rougissement et chute d’aiguilles des épicéas atteints), l’ampleur du phénomène sera forte au cours de cette saison sur toutes les pessières de la région en dessous de 900-1000 m d’altitude, au-delà une vigilance accrue des propriétaires est plus que jamais de mise pour endiguer la progression de l’épidémie sur les massifs jurassiens et vosgiens.

Ainsi, pour limiter l’intensité et la durée de cette épidémie de scolytes sur épicéas, un arrêté régional de lutte collective et obligatoire a été signé le 26 juillet 2019.

Vous pouvez télécharger ci-dessous :

Les principales mesures et préconisations de lutte sont également détaillées au sein de la fiche du Département de la Santé des Forêts de 2018, annexée à l’arrêté.

Le CRPF de Bourgogne-Franche-Comté a lancé une série de lettres d’information sur le scolyte à destination des propriétaires forestiers.