Contenu

Déversement accidentel d’acide nitrique - Varennes-Saint-Sauveur

 

LAITERIE DE BRESSE – VARENNES-SAINT-SAUVEUR
Déversement accidentel d’acide nitrique le 30 juillet 2013

L’accident :

Le robinet disposé en aval de la vanne de vidange d’un container de 1000 litres d’acide nitrique a été accroché lors de la fermeture de la porte du local où sont stockés les containers. Il a été brisé par le choc. La vanne étant ouverte, l’acide s’est déversé durant le laps de temps nécessaire à une personne pour revêtir les équipements de protection afin de pouvoir intervenir en toute sécurité pour fermer la vanne.
900 litres d’acide se sont écoulés sur le sol bitumé devant le local. Une partie a gagné le réseau de collecte des eaux pluviales qui longe la route départementale 986. Ce réseau se déverse dans un fossé enroché avant de gagner la rivière le Sevron.

■ Les mesures mises en oeuvre :

Les sapeurs-pompiers sont intervenus rapidement pour limiter les écoulements vers la rivière qui se trouve à environ 700m en aval. Il n’est toutefois pas exclu qu’une faible partie de l’acide se soit écoulée dans le fossé entre l’extrémité du réseau des eaux pluviales canalisées et la rivière, par le fond du fossé.
Les sapeurs-pompiers ont lavé les sols et canalisations pollués et ont pu récupérer cette eau de lavage (8 m3). Cette eau souillée a été pompée par la société Valvert et évacuée vers un centre de traitement à Mulhouse.
Une trentaine de sapeurs-pompiers et la gendarmerie ont été mobilisés.

■ Risques vis-à-vis du forage desservant l’entreprise en eau potable :

L’entreprise dispose d’un forage de 25m de profondeur, à proximité de la route départementale
11, qui lui permet de produire la totalité de l’eau nécessaire à son activité, soit environ 150 m3 par jour.

Dès que le déversement accidentel d’acide a été connu de l’agence régionale de santé, il a été demandé à l’entreprise de stopper le pompage dans son forage et de s’alimenter en eau à partir du réseau public.

Après visite sur place il apparaît que :
- S’ il y a eu infiltration d’acide, celle-ci a eu lieu à 700 m au moins du forage
- L’écoulement s’est produit en aval hydraulique du forage
- L’aquifère capté étant protégé par une couche argileuse d’environ 20 m d’épaisseur, le risque de migration de l’acide vers le forage est extrêmement faible.

■ Conclusions :

Au vu des constatations faites, les risques de pollution par infiltration d’acide sont désormais nuls. Par conséquent, l’entreprise peut à nouveau utiliser son forage pour s’alimenter en eau. Les contrôles se poursuivront pour s’assurer de la qualité des eaux dans les prochains jours.